Contexte

Après un début d’année très convaincant, ponctué par trois victoires en match amicaux, les lions reprennent les matchs officiels avec un huitième de finale de coupe. L’adversaire du soir se prénomme « jeux en herbe », un nom hérité d’une période associative d’après leur capitaine.

Souverains en championnat, avec seulement deux défaites depuis le début de saison, les joueurs de JEH se présentent avec deux jeux de maillots, un signe qui ne trompe pas sur leur implication dans le foot. D’ailleurs ces adversaires ne sont pas inconnus des lions, qui se sont déjà inclinés contre eux par le passé.

Mais la coupe garde le charme si particulier des matchs couperets, propres à transcender les outsiders et niveler le niveau des équipes.

Feuille de match

Pour combler les nombreuses absences (Seichon, Nodé, Stan, Laurent, Pascalis, Quentin L, Arthur, Gaël, etc), deux nouveaux joueurs ont fait leurs classes ce soir : Pierre et Victor.


football formations

Au coup d’envoi, étaient présents : Djino dans les buts, Victor et Romain dans l’axe, Valentin et Jordan sur les ailes, un milieu récupérateur composé de PE et Alex, Antoine et Raph’ sur les côtés, Paul en meneur et Quentin devant.

Jérem’ et Pierre ont débuté sur le banc et sont ensuite rentrés comme milieu récupérateur et attaquant, respectivement.

Déroulé du match

Vous souvenez-vous d’Aimé Jacquet ? Pas l’entraîneur champion du monde 98, non : la marionnette des Guignols de l’info qui traînait son spleen en commentant le championnat de France de « liguaaiin ». Celui qui ne parvenait pas s’enthousiasmer pour un Bordeaux-Metz et frôlait le suicide en évoquant un Sochaux-Auxerre. Eh oui, la ligue 1 c’était l’image même du championnat ennuyeux, qui pouvait conclure une journée avec 5 0-0 à la clé. Bref, une mission impossible pour les commentateurs télé de Canal +. Mais ça, c’était avant…avant les festivals monégasques, par exemple.

Bref, tout ça pour dire qu’on a eu droit à un bon gros 0-0 ce soir.

C’est le résultat d’une opposition entre deux équipes bien en place, sans point faible véritable, appliquées dans leur jeu et suffisamment endurantes pour répéter les efforts défensifs jusqu’au coup de sifflet final.

On peut se souvenir des quelques occasions ratées par les lions, notamment un but de Quentin (frappe en lucarne après un contre en profondeur) en première période, refusé pour hors-jeu. Plus tard, Pierre a adressé une tête hors du cadre et Paul a expédié un tir au-dessus de la transversale, sur une reprise difficile. Et c’est à peu près tout pour la première période.

En seconde mi-temps, les joueurs de JEH ont obtenu quelques situations intéressantes, sans se montrer tranchants. Les lions ont répliqué avec notamment une frappe en rupture de Pierre, qui a fini sa course sur le poteau. Alex a allumé une mèche à 30m sur une sortie de corner, sans réussir à inquiéter le gardien.

Incapables de forcer la décision, les lions se sont présentés à la séance de tirs aux buts. Face à un gardien adverse très performant dans cet exercice, ils ont dû prendre des risques en visant les coins. Alex, Raph’, PE et Jérem’ sont parvenus à marquer, mais le tir de Paul a été repoussé par le poteau. En face, les tireurs de JEH ont eu une réussite maximale, avec 5 tirs convertis.

Ce soir, c’était la coupe et il fallait un vainqueur. Valeureux et appliqués dans le jeu, les lions n’ont pas su forcer la décision dans le temps réglementaire. Ils quittent donc l’aventure la tête haute, conscients d’avoir haussé leur niveau à celui d’un adversaire qui leur est historiquement supérieur. Il faut aussi signaler l’excellent état d’esprit qui a régné sur le terrain durant toute la rencontre : c’était un beau match, malgré la déception au final !


Contexte

Alors que la compétition est interrompue à l’occasion des vacances scolaires de noël, les lions ont profité de la disponibilité du terrain pour disputer un match amical contre Kro. Après la victoire 5-3 en amical de pré-saison et la défaite 2-1 en championnat, c’est avec seulement 10 joueurs que les lions se sont présentés. Et même 9,5 puisque Louis Fernier (le frère de Paul et le cousin d’Alex) s’est blessé à l’échauffement en heurtant un poteau. Guère mieux garnie, l’équipe de Kro était constituée de 11 joueurs et l’un d’eux s’est proposé pour arbitrer de sorte à maintenir la parité.

Feuille de match

Une équipe des lions tout à fait expérimentale ce soir : Louis dans les buts (sur un pied), Laurent et Valentin dans l’axe, Antoine et Simon en arrières-latéraux, PE et Nicolas en plaques tournantes, Alex et Blaise sur les ailes et Djino en pointe.

Par la suite, le seul changement à noter est l’inversion entre Laurent et Alex.

Déroulé du match

Il y a eu dix buts dans ce match et je serai bien incapable de tous les décrire.

La première mi-temps est marquée par un pressing haut des joueurs de Kro. Les lions y répondent en s’appliquant – autant que possible – à relancer court et faire tourner derrière, y compris avec le gardien. Il faut attendre la 30e minute pour voir Blaise allumer une mèche à l’entrée de la surface, qui finit en transversale rentrante. But litigieux, qui n’est accordé qu’après discussions. En effet, selon son auteur, la frappe est digne de « Zidane en finale en 2006 », c’est-à-dire qu’elle est rentrée avant de ressortir (1-0, ~30e min).

Dans la foulée, les lions encaissent un premier but, puis répliquent par Djino, à l’affut au point de pénalty pour récupérer un ballon glané par Alex sur le bord de la surface adverse (2-1, ~40e min).

Au retour de la mi-temps, les lions enfoncent le clou : Djino inscrit le but du doublé sur une passe en profondeur de PE, au cœur de la surface (3-1, ~50e min). Puis Blaise réplique avec un doublé d’une reprise de volée bien ajustée, face au gardien adverse (4-1, ~60e min).

Minute après minute, le déséquilibre s’accroît : aucune des deux équipes ne parvient à bien s’organiser pour un match à 10 et la fatigue aidant, on se retrouve avec des blocs coupés en deux et des relances rapides en profondeur. Ce format de jeu très direct qui a fait les belles heures des lions en 2013 et 2014 a ce soir mis au supplice la défense léonine : l’attaquant adverse inscrit un triplé (dont un superbe lob sur un ballon en profondeur pour tromper Louis) (4-4, ~75e min).

C’est au tour de PE d’entrer en scène. Après un corner repoussé par la défense de Kro, PE hérite d’un ballon à 30 mètres de la cage adverse. D’une foulée légère, il s’avance pour contrôler et placer une frappe qui retombe sous la barre, entre les bras du gardien, médusé (5-4, ~85e min). Il est clair qu’il peut remercier ses baskets à suspension-ressort pour cette frappe toute en finesse. Oui, on cherche de nouveaux sponsors pour refaire un set de maillots pour la saison prochaine.

Pourtant, après un bon quart d’heure d’arrêts de jeu, les lions vont de nouveau se faire surprendre sur un ballon en profondeur, conclu par une reprise de volée imparable (5-5, ~105e min).


Contexte

Alors que la compétition est interrompue à l’occasion des vacances scolaires de noël, les lions ont profité de la disponibilité du terrain pour disputer un match amical contre Kro. Après la victoire 5-3 en amical de pré-saison et la défaite 2-1 en championnat, c’est avec seulement 10 joueurs que les lions se sont présentés. Et même 9,5 puisque Louis Fernier (le frère de Paul et le cousin d’Alex) s’est blessé à l’échauffement en heurtant un poteau. Guère mieux garnie, l’équipe de Kro était constituée de 11 joueurs et l’un d’eux s’est proposé pour arbitrer de sorte à maintenir la parité.

Feuille de match

Une équipe des lions tout à fait expérimentale ce soir : Louis dans les buts (sur un pied), Laurent et Valentin dans l’axe, Antoine et Simon en arrières-latéraux, PE et Nicolas en plaques tournantes, Alex et Blaise sur les ailes et Djino en pointe.

Par la suite, le seul changement à noter est l’inversion entre Laurent et Alex.

"football

Déroulé du match

Il y a eu dix buts dans ce match et je serai bien incapable de tous les décrire.

La première mi-temps est marquée par un pressing haut des joueurs de Kro. Les lions y répondent en s’appliquant – autant que possible – à relancer court et faire tourner derrière, y compris avec le gardien. Il faut attendre la 30e minute pour voir Blaise allumer une mèche à l’entrée de la surface, qui finit en transversale rentrante. But litigieux, qui n’est accordé qu’après discussions. En effet, selon son auteur, la frappe est digne de « Zidane en finale en 2006 », c’est-à-dire qu’elle est rentrée avant de ressortir (1-0, ~30e min).

Dans la foulée, les lions encaissent un premier but, puis répliquent par Djino, à l’affut au point de pénalty pour récupérer un ballon glané par Alex sur le bord de la surface adverse (2-1, ~40e min).

Au retour de la mi-temps, les lions enfoncent le clou : Djino inscrit le but du doublé sur une passe en profondeur de PE, au cœur de la surface (3-1, ~50e min). Puis Blaise réplique avec un doublé d’une reprise de volée bien ajustée, face au gardien adverse (4-1, ~60e min).

Minute après minute, le déséquilibre s’accroît : aucune des deux équipes ne parvient à bien s’organiser pour un match à 10 et la fatigue aidant, on se retrouve avec des blocs coupés en deux et des relances rapides en profondeur. Ce format de jeu très direct qui a fait les belles heures des lions en 2013 et 2014 a ce soir mis au supplice la défense léonine : l’attaquant adverse inscrit un triplé (dont un superbe lob sur un ballon en profondeur pour tromper Louis) (4-4, ~75e min).

C’est au tour de PE d’entrer en scène. Après un corner repoussé par la défense de Kro, PE hérite d’un ballon à 30 mètres de la cage adverse. D’une foulée légère, il s’avance pour contrôler et placer une frappe qui retombe sous la barre, entre les bras du gardien, médusé (5-4, ~85e min). Il est clair qu’il peut remercier ses baskets à suspension-ressort pour cette frappe toute en finesse. Oui, on cherche de nouveaux sponsors pour refaire un set de maillots pour la saison prochaine.

Pourtant, après un bon quart d’heure d’arrêts de jeu, les lions vont de nouveau se faire surprendre sur un ballon en profondeur, conclu par une reprise de volée imparable (5-5, ~105e min).